Achat d’un nouveau téléphone et ses conséquences

Cela aurait fait quatre ans en mars. Quatre années de bons et loyaux services aux quatre coins de la planète (enfin, les deux premières années !) mais surtout dans mes mains. De la musique et des messages au quotidien, des appels de temps en temps, et dernièrement c’était souvent le GPS que j’utilisais pour mes déplacements en voiture. Bref, ce téléphone, cadeau que je m’étais fait pour mes 30 ans, avait quand même pris une part importante dans ma vie. Nous avions nos habitudes, nos disputes (je l’éteignais quand j’étais en colère !) mais surtout de grands moments d’échanges. Quatre années ce n’est pas rien !

Mais au bout de quatre années, à force de chutes, son écran était complètement fissuré et sa batterie ne tenait plus. Son chargeur était cassé et mettait environ 4h à se charger complètement (je le faisais donc la nuit). Et quand j’oubliais, je m’en voulais, car je partais commencer ma journée la batterie vide et complètement déboussolée.

Vendredi dernier, le vendredi du Black Friday, on m’avait dit de passer en boutique car ils avaient des offres très intéressantes sur les natels (= portable en Suisse). Une fois en boutique on me proposa le dernier téléphone Androïd : de CHF 1’200 il passait à CHF 600, une affaire ! Je regardai alors le vendeur, je souris et je lui fis :

« Est-ce que j’ai la tête de quelqu’un qui mettrait CHF 600 dans un téléphone ? Non ! »

Puis je ne comprenais pas, je n’avais jamais mis plus de CHF 150-250 pour mes téléphones précédents, et c’était toujours les derniers sortis, alors que s’était-il passé ? Cliente depuis 8 ans, payant un forfait conséquent, je devais avoir droit à mieux, non ? J’ai alors demandé une ancienne version, il m’en a alors proposé d’autres, dont le S20 (Samsung) sorti il y a un an et demi pour CHF 315. Je prends ! Et c’est là que la partie intéressante arrive…

Le vendeur me dit que j’avais « de la chance » car c’était le dernier téléphone vendu avec son chargeur ! Et oui, maintenant les chargeurs ne sont plus inclus avec les téléphones, il faut les acheter à part et en deux parties : la prise et le câble. Par contre j’ai dû demander une protection, qui elle aussi venait aussi en deux parties : une housse et un protège écran.

Pendant le week-end je fis le transfert des mes données et je dis adieu à mon ancien téléphone. Je me sentais quand même un peu coupable d’avoir acheté un téléphone neuf alors que l’autre fonctionnait encore… Il n’était pas super performant, mais il fonctionnait quand même.

Puis lundi, je partis au travail, je sortis mon nouveau téléphone et mes écouteurs et SURPRISE : je n’avais pas de « trou » pour brancher le câble de mes écouteurs… J’enlevai la housse, je tournai le téléphone dans tous les sens, et je ne trouvai rien. Et là je me suis dit : « Ils vont me faire acheter des écouteurs sans fil, qui vont me bouffer ma batterie, que je vais devoir charger tous les soirs et surtout que je vais perdre encore plus vite que mes écouteurs normaux! »

Je suis donc allée en magasin dans la semaine, j’expliquai ma problématique au vendeur quand il me vit avec des écouteurs dans la main que j’étais sur le point d’acheter et il me dit alors :

 « – Votre téléphone est sûrement étanche, c’est pour cela que vous n’avez plus cette prise pour vos écouteurs. »

Pourquoi j’irai avec mon téléphone dans l’eau ?

« – Ces écouteurs sont normalement pour tout type d’Androïd, continua-t-il. Mais il se peut que votre téléphone ne reconnaisse pas le périphérique… ils ont fait un embout spécial pour… « 

 Blablabla.

« – Donc du coup je dois faire quoi ? m’impatientai-je.

– Je vous conseille d’acheter ces écouteurs puis un adaptateur à part que vous brancherez sur votre téléphone.

– Ai-je un autre choix ?

– Oui, vous pouvez acheter des écouteurs sans fils. »

Ok, donc je n’avais pas le choix. J’ai suivi le conseil du vendeur, et vous savez quoi ? Le seul type d’adaptateur disponible en magasin était de la marque concurrente à mon téléphone : APPLE ! RI-DI-CU-LE ! J’ai donc un téléphone noir, des écouteurs noirs, et ce petit adaptateur de m**** blanc, pour que je puisse écouter ma musique dans le bus le matin et le soir.

Résultat des courses ? CHF 150 à rajouter à l’achat de mon téléphone que je pensais être une bonne affaire. Y-a-t-il que moi que cela dérange ?

Depuis le début de la crise du COVID, le monde a enfin pris conscience que notre mode de consommation n’était pas bon pour la planète. Et pourtant ? Est-ce que les choses sont en train de changer ? Non. C’est encore pire. Nos petits produits technologiques dont nous ne pouvons plus nous passer sont énergivores à la fois dans leur construction mais aussi au quotidien dans leur utilisation et dans leur rechargement. Et ces entreprises nous inventent toujours et encore de nouveaux besoins. Qu’est-ce qui change réellement d’un téléphone sorti il y a 6 mois et celui qui sortira dans quelques semaines ? Rien à part son prix qui est l’équivalent d’un mois de SMIC français ! Le prix d’un téléphone équivaut à l’argent pouvant servir à se loger, se nourrir, se déplacer et se vêtir pendant un MOIS.

Ces produits ont de plus tous une obsolescence programmée pour que le marché puisse continuer de fonctionner. On nous parle de croissance à longueur de journée, mais je rappelle que la croissance est calculée en fonction de la croissance de l’année précédente. Pourquoi notre monde doit-il fonctionner en produisant toujours plus que l’année précédente alors que nous savons maintenant, que nous courrons à notre perte si nous ne changeons pas nos habitudes rapidement ?

Anecdote: dernièrement aux informations, Euronews rapportait qu’il y aurait une pénurie de sapins de Noël aux Etats-Unis à cause des incendies dans les forêts de Californie et que si les américains voulaient tous un sapin de Noël, ils seraient importés et plus chers

Autre anecdote: cette semaine, Euronews parlait également d’énormes délais de commandes pour les cadeaux de Noël dus à la pandémie, notamment à cause d’un manque effectif de certaines pièces pour les jouets mais aussi des délais de livraison par cargo. Doit-on ici aussi verser une larme ou se dire que nous marchons sur la tête ?

Tout cela sont des problèmes de pays et de gens riches, comme le COVID qui se réveille en hiver dans nos régions occidentales respectives et pas en Afrique ou ailleurs ou d’autres pandémies plus importantes sévissent tout au long de l’année : la guerre, la famine, le VIH etc. Mais l’être humain ne veut pas écouter ce que Dame Nature lui dit, ne veut pas faire de compromis et il s’adapte toujours et encore plus pour assouvir ses propres « besoins » qui sont devenus de plus en plus égoïstes.

N’a-t-on pas autre chose à faire ou à penser en cette période de fin d’année qui arrive ? Comme celle d’être ensemble, de partager ce que nous possédons déjà et d’être reconnaissant d’être en bonne santé, de manger à notre faim et de dormir au chaud ?

Oui l’achat de ce nouveau téléphone m’a provoqué ce sentiment d’impuissance. Impuissance individuelle face à ces énormes machines qui se consultent entre eux pour nous faire consommer toujours plus. Je n’étais même pas excitée d’acheter un nouveau téléphone, je me sentais juste obligée. Et coupable. Mais ce n’est pas à moi de me sentir coupable, c’est à eux. Mais nous, pouvons-nous vraiment faire quelque chose ?

Je me sens en colère et révoltée peut-être parce qu’à une période donnée de ma vie j’ai fait partie de ces gens qui ont manqué un peu de tout : de nourriture, de confort, d’amour. Et c’est souvent lorsqu’on manque, qu’on se rend compte de ce qui est essentiel et cela devient une obsession.

Mais la bonne nouvelle c’est qu’aujourd’hui je ne manque plus de mots.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s