La fidélité

Je voulais commencer cet article par une ou deux définitions du dictionnaire, mais il s’avère que le terme « fidèle » lié à la fidélité possède une bonne dizaine de définitions, qu’il soit utilisé comme un nom ou comme un adjectif. Alors je vais reprendre seulement celle qui m’intéresse soit l’adjectif fidèle :

Qui n’a de relations amoureuses qu’avec une personne, en particulier avec son conjoint : un mari fidèle, une femme fidèle. Contraires : adultères, léger, volage.

La fidélité (en tant que fidélité conjugale) est un concept très intéressant en soi car il semblerait que c’est un idéal occidental que l’on nous intime/conseille d’atteindre dès notre plus jeune âge. Cette question de la fidélité est partout: dans nos discussions, nos réseaux sociaux, nos chansons, nos séries, nos films, nos romans etc. Il est d’ailleurs inscrit dans le code civil lorsque deux personnes décident de se marier, tout autant que « l’assistance, le secours et le respect mutuel » entre les époux. La fidélité serait comme une preuve d’amour, en théorie, mais en pratique, est-ce vraiment atteignable ? Est-ce que l’être humain est fait pour être fidèle? Surtout aujourd’hui…

Le concept de fidélité nous serait-il parvenu d’une époque où l’espérance de vie maximum était de 35 ans, où les possibilités d’aller voir ailleurs étaient fortement restreintes du fait du non-développement de notre civilisation, de l’isolement des populations, donc facilement atteignable ? Où la religion était le quotidien des êtres humains et où la colère de Dieu était tellement redoutée que femmes et hommes se tenaient à carreau ? De plus pourquoi dans d’autres religions et cultures, la polygamie est-elle légale ? Où l’infidélité (occidentale) donc, est considérée comme normale, inscrite dans les mœurs et légale ? Et où nos comportement occidentaux reflètent un certain niveau d’hypocrisie face à la réalité des choses: que la monogamie n’est pas forcément quelque chose de naturel mais un choix, qui se travaille jour après jour.

Nous nous sommes toutes et tous posés la question un jour : à partir de quel moment mon partenaire est infidèle ? A partir de quel moment je deviens infidèle à mon partenaire ? Et surtout, quelles sont mes/ses limites à ne pas franchir ?

La limite à poser la plus simple est la limite physique : une caresse, un baiser, une relation sexuelle. Mais la limite morale est la plus floue car c’est la moins détectable : une pensée, une parole, un message. Et est-ce que je m’impose les mêmes limites que j’impose à mon partenaire? Qu’est-ce qui est juste et qui ne l’est pas?

Est-ce que flirter avec un collègue est une infidélité à son conjoint ? Est-ce que penser à une autre personne sexuellement que son conjoint sans passer à l’acte est une infidélité ? Est-ce que coucher une seule fois avec une autre personne que son conjoint qui partage sa vie depuis 30 ans est une infidélité ? Est-ce que discuter/danser avec un mec dans un bar lors d’une sortie entre copines c’est tromper ?

A l’heure d’aujourd’hui nous avons mille et une possibilités d’être infidèle à notre partenaire mais aussi mille et une possibilités de changer de partenaire comme on change de petite culotte. Dans la vie réelle comme dans la vie virtuelle les opportunités sont nombreuses. Alors à quoi bon lutter ? A quoi bon s’angoisser ? Il faut juste faire un choix.

Seulement, un jour il peut vous arriver la chose suivante: rencontrer une personne et vous dire que celle-ci sera la dernière. De ne plus regarder ou même d’être attiré par quelqu’un d’autre. De vous dire que personne d’autre ne pourra vous comprendre, vous accepter, vous respecter et vous combler aussi bien qu’elle/que lui. Que vous souhaitez construire, traverser les tempêtes comme les journées d’été avec elle/lui et surtout vieillir ensemble. Alors la fidélité vous a prise par surprise et sans avoir fait le moindre effort vous respectez déjà des vœux de mariage que vous n’avez jamais prononcés. La fidélité, à son sens strict du terme, devient alors possible, naturelle de votre côté dans tous les cas, mais du sien ? Car c’est là que souvent le bât blesse : votre partenaire lui, ne ressent pas ce que vous ressentez vous. Et c’est là où on ne joue plus avec la fidélité mais avec ses propres limites.

Je ne pense pas qu’un sexe soit plus fidèle que l’autre et je ne suis ni une professionnelle de la fidélité ni de l’infidélité. J’ai eu des relations qui se sont chevauchées et des relations où je savais d’avance que j’étais « l’autre » ou le coup d’un soir. Dans tous les cas, peu importe la forme de relation adoptée, il est préférable de communiquer dès le début avec l’autre de ses limites et des barrières à ne pas franchir pour que chacun des partenaires y trouve son compte. Car même si la fidélité peut être considérée comme un mythe, la confiance que peuvent s’accorder deux partenaires ne l’est pas tout comme la fidélité à ses propres valeurs et désirs.

Le monde évolue et nous avec : les polyamoureux comme les relations libres en sont des exemples concrets. Mais quand le véritable amour s’en mêle, vous pouvez être sûr(e) d’une seule chose : que le monde que vous connaissiez d’avant ainsi que vos croyances, valeurs et limites changeront et ceci sans aucune possibilité de revenir en arrière ni de les contrôler. Vous ne pourrez faire qu’une seule chose : vous écouter et arrêter de lutter contre cette chose plus forte que vous et votre esprit que l’on appelle communément votre cœur.

Et à lui, vous devez lui être fidèle, votre bonheur en dépend.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s