Poser ses valises

Comme je vous l’ai dit dans mon article précédent, je suis entrain de chercher un appartement. Et apparemment ma bonne étoile ou mon ange gardien sont revenus dans les parages car il m’a fallut moins de 24h pour en visiter un, me visualiser dedans et que mon dossier soit validé par la régie et le propriétaire!

Incroyable, ou même du jamais vu sur Genève, je vous le concède bien ! Personne n’en revenait autour de moi ! Moi il m’a bien fallut 48h pour m’en remettre, car cet appartement remplit en plus tous mes critères voire même plus : il double la superficie que j’ai actuellement, il est très lumineux, dans un quartier calme, à 20 minutes de mon travail en transports ou à vélo, et dans mon budget ! Des travaux sont en cours et je devrais avoir les clés pour le 1er septembre, soit dans 15 jours !

Alors moi qui pensais trouver quelque chose d’ici la fin de l’année voire même début d’année prochaine, j’ai eu comme une angoisse, jeudi soir, en réalisant tout ce que j’allais devoir faire dans les trois prochaines semaines tout en trouvant un nouveau locataire pour mon appartement !

Car, je n’ai jamais été du genre à poser mes valises. Avec ma mère, j’ai déménagé trois fois, d’une maison immense avec jardin, à une petite maison puis à un appartement en HLM. On a fait le sens inverse ensemble. Par contre, moi toute seule, j’ai pris l’autre direction par étapes, et je croise les doigts que cela dure !

En effet, depuis mes 17 ans, j’ai vécu dans les valises et les cartons. Déménager d’un pays à l’autre, d’un bout de la France à l’autre, d’un appartement dans une même ville à un autre, en avion, en train, en voiture et en transports en commun…. La débrouille comme dirait l’autre !

Je suis passée à dormir dans un salon pendant un an chez ma grand-mère en Finlande, à une chambre de 9m² à Bordeaux pendant 3 ans, où je devais déménager tous les étés car ils rassemblaient les étudiants dans un même village universitaire, donc j’ai eu 6 chambres différentes… Puis la colocation en Australie pour passer à un studio meublé de 17m² à Paris dans le 17ème. Pour ensuite repasser dans deux colocations différentes à Genève, avant d’être dans mon deux-pièces actuel. Et à partir de septembre je vais atterrir dans un trois pièces et demi (sachant qu’à Genève, la cuisine compte pour une pièce) avec balcon ! Incroyable je vous dis !

Dans ma vie, j’ai toujours été prête à faire mes valises et à partir. Donc en somme, j’arrivais pour poser mes sacs, je récupérais toujours les meubles de quelqu’un d’autre, afin de ne pas m’encombrer pour le prochain départ.

Mes premiers meubles, mon premier lit, je les ai achetés à l’âge de 28 ans… Et quand les fameux livreurs IKEA m’on appelé pour me dire qu’ils arrivaient et que je les attendais patiemment dans ma future chambre vide, j’ai eu comme une angoisse. Je me suis dit alors : « Ma chère, tu es entrain de t’installer quelque part, que t’arrive-t-il ? Si tu dois partir rapidement, comment feras-tu ? » ou pour ne pas vous mentir, cela ressemblait plutôt à cela : « MEUF! Mais qu’est-ce que tu fous ? Et si on te propose un poste aux Maldives, tu vas faire quoi de ton lit IKEA XXL ? ».

Puis au final, après le montage de mes meubles, l’aménagement de mon appartement, j’ai compris qu’en fait, je n’avais plus vraiment de raisons de partir quelque part, car pour la première fois de ma vie j’avais un vrai « chez moi » dans une ville où il faisait bon de vivre.

Et puis là… cette année, après quelques gros problèmes de santé qui m’ont cloué au lit pendant très longtemps et notre entrée en force dans l’ère du COVID-19, j’avais juste l’impression d’étouffer, que les murs me tombaient dessus. Donc à défaut d’un tour du monde qui est tombé à l’eau, quitte à rester plus chez moi, autant y être plus à l’aise et confortable pour accueillir bon nombre de gens que j’aime.

Alors maintenant il faut penser à quoi ?

  • A vendre tout ce que l’on peut vendre (merci aux applis, et Vinted en particulier !) ;
  • à jeter tout ce que l’on peut jeter ;
  • à récupérer des cartons et à commencer à les faire ;
  • à fixer une date de déménagement ;
  • à trouver des amis sympas et débrouilles qui pourront m’aider ;
  • à réfléchir à prendre des déménageurs professionnels ou pas et avoir un budget (car là, y a des meubles à démonter et à déménager et pas des petits!) ;
  • à s’acheter des nouveaux meubles (je m’installe encore plus !);
  • à faire suivre mon courrier ;
  • à notifier mon changement d’adresse à tous ceux qui m’envoient du courrier (enfin surtout à ceux qui m’envoient des factures !);
  • à devenir adulte.

Et le dernier point est le plus important je pense. Car pour moi, c’est mon passage à l’âge adulte. Car pour la première fois de ma vie, j’ai choisi seule et sans aucune pression extérieure un appartement pour moi, je m’engage pour un bail de 5 ans, et je vais m’aménager un espace pour le long terme. Si ça ce n’est pas un passage à la vie d’adulte, alors qu’est-ce que c’est ? Rien qu’en écrivant ces mots, j’ai une petite boule qui remonte du fond de ma gorge… Mais elle passera, je le sais maintenant.

Je m’engage avec moi-même et sur le long terme. Je pose mes valises.

Et vous, faites-vous partie de ces gens qui ont ou vont déménager cette année ?

2 commentaires sur “Poser ses valises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s