La dictature du positivisme

Cela fait un moment que j’y pense. En fait, cela fait bien quelques mois que j’y pense, à cette « dictature du positivisme ». Car être positif est un état d’esprit, mais se sentir obligé de l’être tout le temps en toutes circonstances, est une dictature, une oppression. Personne ne l’est vraiment, sauf sur les réseaux sociaux.

Personnellement, en fin d’année dernière j’ai dû faire face à de gros problèmes de santé. Un matin, je me suis réveillée et je ne pouvais littéralement plus me lever. J’étais bloquée dans mon lit, par la douleur. Une douleur qui m’a traversée le corps pendant plusieurs semaines, plusieurs mois sans diagnostic précis de la part d’aucun médecin/spécialiste. Cette douleur qui m’a terrassée a tout remis en cause dans ma vie : mes proches, mes amours, mon travail, et le plus important je pense, mes raisons de vivre. Car croyez-le ou non, pour vouloir continuer dans un corps qui ne crie que douleur et qu’on ne vous donne aucune solution pour y remédier, il faut chercher pendant longtemps pourquoi et comment vous désirez vivre.

Et là, bien sûr, j’ai eu droit au discours du positivisme qui n’arrangeait pas les choses, car je pensais que je réagissais mal… Car c’est ce que cela provoque, non?

« Pense positif, cela va passer ! » Vraiment? Comment tu sais? Et quand ?

« Si les médecins te renvoient chez toi, c’est que ce n’est rien de grave ! » Oui mais je ne peux ni manger, ni dormir, et aucun médicament ne m’aide bien au contraire…

« Sors, vois des gens, change-toi les idées ! » Parce que tu crois que je suis d’humeur? De toutes manières, je ne peux pas car mon corps ne me le permet pas, je ne peux pas rester assise plus de quelques minutes…

« Tu sais que ton esprit a de grands effets sur ton corps, les trois-quarts de tes douleurs viennent de ton esprit, alors il faut penser autrement ! » Je sais, mais j’ai peur. Et quand tu as peur, tu ne penses pas « normalement ».

« Y’a pire que toi, tu sais. » Je sais, mais là, il s’agit de moi et je n’ai aucun contrôle sur ce qu’il m’arrive… et j’ai peur.

Et toutes ces belles phrases venaient de personnes qui n’avaient pas pris le soin de m’appeler pendant cette période, ou même de venir me voir. Car il fallait me voir pour comprendre. Mes journées consistaient à passer entre mon lit et mon canapé et je considérais qu’une bonne journée était une journée où j’avais pu prendre une douche et où je n’avais pas à me tenir au mur pour pouvoir marcher dans mon appartement. Alors je ne vous explique même pas ce qui tournait à l’époque dans ma tête

Les seules personnes qui ont su alors m’apaiser, me réconforter, m’écouter et me changer les idées, sont celles qui ont vécu pareille douleur, pareil malheur, pareille expérience et qui ne jugeaient pas ma manière d’être sur le moment. Car c’était un moment, pas un mode de vie ! D’ailleurs, la peur nous transforme, le saviez-vous ?

Il n’y a pas de secret, on ne pourra jamais comprendre totalement l’autre de part l’unicité de son histoire, en revanche on pourra le soutenir en ayant vécu le même type d’expérience et en possédant un certain degré d’empathie.

Tout cela pour dire que nous sommes aujourd’hui en période de déconfinement et que déjà, c’est loin d’être la joie pour tout le monde. Nous avons tous plus ou moins bien vécu cette période et aurons maintenant et les semaines à venir des difficultés à affronter plus ou moins importantes.

Et vous savez quoi ? Nous allons être en colère. Nous allons être angoissé. Nous allons être jaloux. Nous allons être envieux. Nous allons parfois perdre le sommeil. Nous allons nous plaindre. Nous allons avoir mal. Nous allons perdre parfois la raison. Nous allons nous sentir perdu. Nous allons avoir parfois envie de ne rien faire.Nous allons tout simplement avoir peur. Et la bonne nouvelle, c’est que c’est NORMAL!

Nous sommes des êtres humains, pas des machines, même si ces derniers temps nous avons eu trop recours à ces dernières! Pour rappel nous possédons des émotions, l’une n’étant pas forcément meilleure que l’autre car elles existent toutes en chacun de nous. Les cacher, ne servent qu’à cacher notre ego. Et ce qui nous pousse souvent à agir et réagir dans nos vies c’est la peur. La peur est une émotion qui déclenche notre instinct de survie. Et cet instinct de survie ne se développe généralement pas dans la joie et la bonne humeur.

Au travail, comme dans ma vie privée, on m’a souvent qualifié de pessimiste ou de personne négative. Chose que j’ai souvent contesté, car je me suis toujours considérée comme quelqu’un de réaliste. Ni optimiste, ni pessimiste, le verre à moitié plein mais aussi à moitié vide. Si les gens me perçoivent comme cela, je n’ai en aucun cas à me justifier dans mes comportements ou dans mes choix de vie et encore moins à devoir leur raconter pourquoi je suis devenue comme cela aujourd’hui. Et j’espère que vous faites de même. Et c’est pour cela, que ce sont les personnes qui vous ont vu passer les bons comme les mauvais moments et qui connaissent votre histoire, qui éviteront soigneusement de vous faire part des dernières phrases à la mode sur Instagram.

Enfin, s’il y a bien une chose que j’ai apprise ces derniers mois, c’est que l’on ne peut pas être positif tout le temps car c’est impossible, et qu’il faut l’accepter. Que dire à l’autre qui passe un sale moment qu’il doit rester positif, n’est pas la solution non plus. En revanche, être présent, l’écouter, le soutenir, l’aider à trouver des solutions concrètes pour apercevoir le bout du tunnel est ce qui est de plus efficace. Accepter l’autre comme il est, et ne pas le/la juger est la recette magique pour obtenir sa reconnaissance éternelle.

Puis la vie est comme ça. Nous sommes tout le temps en équilibre entre bonheur et malheur. Certains le perçoivent par cycles, d’autres par années. Tout bonheur est souvent le fait d’avoir survécu à un malheur, non ? Donc sans négatif, il ne peut y avoir de positif

Un commentaire sur “La dictature du positivisme

  1. Non on est pas obligé d’être toujours optimiste surtout quand on traverse des moments difficile et il y en a dans une vie à ce moment on a juste besoin d’être écoute et soutenu ni juge ni critique car la c’est bien pire ça agrave notre état …
    Après faut faire attention les autres ne sont pas des spy on peut consulter aussi car ne faire que se plaindre être négatif ce n’est pas être réaliste c’est être en souffrance et se sont pas les autres à payer !
    On est pas forcément aide compris soutenu ou mal quand on a des problèmes mais on a des ressources soi même et aller voir des personnes neutres des pros …c’est parfois mieux si seule on y arrive pas voilà !
    Perso les personnes négatives dans la durée je les fuis une relation ça marche à 2 oui on le droit d’être fatiguée triste etc dans ce cas on se repose on reste chez soi on prend soin de soi on peut aussi en parler mais ne pas parler que de cela dans la durée on fuit les personnes ainsi moi la première !
    On est des adultes on compte sur soi en premier j’ai vécu ces derniers mois des choses très difficiles j’ai compté un peu sur les autres mais aussi sur moi sur le temps c’était pas évident je me sentais beaucoup seule incomprise les injustices sont dures à vivre quand on en est victime mais faut voir devant le passé on peut plus le changer la souffrance avec le temps elle s’estompe c’est pas un état permanent et si ça dure dure qu’on sent qu’on y arrive pas seule se faire aider .
    D’ailleurs je me suis posée la question car mon état aurait pu être bien pire mais je pense que je vais y arriver toute seule .c’est pour soi qu’on doit être bien les autres fuient en général les gens qui vont mal même si c’est pas de leurs fautes et dans mon cas j’étais pas responsable c’était pas suite à des conneries des mauvais choix …..
    Mais je veux pas rester dans ce rôle de victime même si j’ai été victime je préfère avancer j’ai éjecté ces personnes de ma vie ces pourris moi j’avancerai elles elles continueront à détruire d’autres personnes des nouvelles elles elles n’avanceront jamais et passeront leurs vies ainsi .
    L’espoir la positivité c’est important et quand on est pas de bonne compagnie évitons de faire chier les autres à chaque fois d’ailleurs les critiques les jugements les sois disant conseils ça m’a pas aidé à ce moment là je voulais juste être écoute et comprise rien d’autres .
    On m’a même donne de mauvais conseils que j’ai pas suivis heureusement ya que nous finalement qui savont ce qui est le mieux pour nous .
    Beaucoup confonde écoute et conseils si je demande pas de conseils c’est que j’en veux pas !
    Les autres ne vont pas forcément vous aider c’est meme pire parfois et certains vont plus mal que vous comment voulez vous qui vous aide ?
    D’autres on une autre façon de fonctionner puis on a pas tous les mêmes besoins envies désirs vie projets rêves etc
    Moi parfois je dis un truc d’autres disent fonce vas y et d’autres tu es sure mais tu as bien réfléchis etc
    Au final on peut que faire ce qui nous semble bon pour nous et les épreuves échecs problèmes etc sont la pour nous faire grandir progresser comprendre mieux soi les autres etc
    J’ai assez souffert la j’ai envie d’avancer la vie est belle parfois dure mais c’est qu’on était pas à la bonne place au bon endroit avec les bonnes personnes la on souffre si on souffre c’est que c’est pas pour nous .
    Important de regarder ce qui vous convient pas dans votre vie et de le modifier parfois c’est son travail le lieu où on habite des personnes etc on a le choix on est pas obligé de rester comme ça en pensant que ça va passer tout seul si vous êtes pas bien dans votre vie …vous souffrirez corps esprit ….et parfois medicalement il y a rien peut être voir au niveau spy si vous êtes négative et on vous le dis vous vous intoxiquez et intoxiquez les autres on est ce qu’on pense si vous voyez toujours le verre à moitié vide la vie vous offre une vie à moitié vide on attire ce qu’on dégage !
    Bon courage !🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s