Le deuil en question

Il y a trois semaines, soit le 17 avril 2021, je vous parlais du diagnostic de ma tante qui était de trois tumeurs au cerveau. Ce diagnostic s’est transformé en décès trois jours après, suite à quelques heures (seulement) passées dans le coma. Le décès laisse alors place au deuil pour celles et ceux qui restent. Puis dans ce cas également à un sentiment d’injustice. Car oui, ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier, ce n’est pas une théorie, c’est tout simplement la réalité.

Il était pour moi inconcevable qu’elle parte si tôt (à 72 ans) et dans ces conditions-là. Mes problèmes de santé ainsi que le COVID ont fait que je ne l’avais pas vu depuis fin 2019.  Nous avions prévu que je descende en voiture pour aller les chercher et qu’ils puissent venir passer quelques temps à Genève. Les changer d’air de leur quartier de Montpellier, se reposer, se faire un peu chouchouter. Ce petit séjour ne verra donc jamais le jour…

Quelques étapes

La première étape d’un deuil, je pense, c’est de comprendre ce qu’il vient de se passer. On ne réalise pas toujours tout de suite. On a beau vous le dire au téléphone, on n’y croit pas, jusqu’au jour où vous pensez à la personne, vous prenez votre téléphone et vous vous rendez compte que vous n’entendrez plus sa voix, ses conseils, ses rires et parfois même ses pleurs.

Personnellement, à l’annonce de son décès, j’ai sorti une photo et j’ai fait brûler une bougie chaque soir. Pour mon père ou ma grand-mère, j’avais également écrit une lettre que j’avais brûlée par la suite. Une manière de soulager un poids dans ma poitrine, dans mon ventre.

La deuxième étape est celle de dire au revoir et partager notre peine avec les proches, en l’occurrence, mon oncle avec qui elle avait fêté 50 ans de mariage en février. Pas d’enfants, plus de famille proche. Un énorme vide s’est installé depuis qu’elle n’est plus là, pour lui surtout, comme pour moi. Car à défaut de ne pas avoir eu d’enfant, et moi de n’avoir pas eu une véritable mère, je la considérais un peu comme une tante + +, une mère à qui je racontais ce qu’il se passait dans ma vie régulièrement. Elle me répondait toujours d’avoir confiance, d’être patiente, de ne pas avoir peur, entrecoupé de quelques recettes de cuisine et d’informations sur la météo. Avec qui vais-je avoir ce genre de conversations maintenant?

Dire au revoir c’est aller la voir. L’enterrer. Et pour le coup, se déplacer dans cette France confinée (je vous passe ici les détails administratifs qui sont inadmissibles depuis ce COVID !).

J’avais déjà vu un mort, un corps, mon grand-père, il y a 14 ans en arrière. J’avais 19 ans, cela m’avait rendu muette pour le reste de la journée. En Finlande, les membres de ma famille se sont fait incinérer, et je n’étais pas sur place pour voir les corps de mon père ni de ma grand-mère. D’autres circonstances, d’autres rituels.

Mais là, quand je l’ai vu, cela m’a fait réalisé. La voir, dans cette chambre froide, dans ce cercueil, cela m’a fait comprendre qu’elle n’était plus là. Je peux concevoir que cela puisse paraître bizarre de parler de cela, mais je l’ai trouvé BELLE, comme si elle semblait soulagée d’être partie. Je me demande aujourd’hui encore si elle ne savait pas ce qu’il lui arrivait et si elle avait préféré se taire pour ne pas nous angoisser et vivre comme si de rien n’était.

La troisième étape, consiste en la cérémonie au cimetière. Les amis et la famille se sont réunis. Ce jour-là, le ciel a été clément et la cérémonie émouvante. Avant la mise en terre, chacun-e a dit un mot, et lui avons donné toutes et tous rendez-vous au paradis, catholiques comme musulmans, les paroles étaient les mêmes.

La quatrième étape, pour mon oncle, consiste en la paperasserie et au tri des affaires. C’est un travail personnel qui aide dans le processus de deuil. Puis, c’est un détail, mais sans connexion internet, à l’heure d’aujourd’hui, il doit faire face à encore plus de difficultés. Il est fou comment cette technologie sensée nous connecter et nous faciliter la vie isole les personnes et les mettent en difficultés dès qu’elles ne la possèdent pas !

Enfin « l’après ». De quelles couleurs se composera « l’après » ? Car c’est elle qui mettait de la vie partout où elle passait. Seul le temps nous le dira, pour lui.

Après, on vit?

Quant à moi, commençant à connaître comment je fonctionne, après la tristesse, la colère, la nostalgie et surtout le manque d’énergie qui me dévore pendant quelques jours, voire quelques semaines, j’ai de nouveau une envie de vivre féroce qui naît en moi.

Vivre c’est quoi ? C’est ressentir. Ressentir son corps, ressentir ses émotions.

La nourriture se savoure de nouveau. Les rayons du soleil sur notre visage redeviennent une bénédiction. Les corps à corps se déchaînent. Les rires se consomment sans restriction. Les amitiés libèrent notre chagrin et notre routine. Le sport nous re-connecte avec notre corps. Et plus personnellement la motivation et l’engouement pour de nouveaux projets reviennent.

Avancer, continuer, avoir confiance dans le processus

Car la mort fait partie de la vie. Le deuil, par contre, qui est une étape nécessaire pour dire au revoir à un être cher, ne doit être qu’un passage de la vie. Il faut le vivre, le laisser passer et surtout ne pas le bâcler. Ce n’est pas manquer de respect au mort de vouloir vivre, c’est lui rendre hommage. Puis, c’est quand la mort survient, que l’on se rappelle que nous n’avons qu’une vie, qu’il faut alors se bouger, profiter du temps qu’il nous reste car personne ne sera capable de nous dire sa date de fin.

Et vous que faites-vous en période de deuil ? Qu’est-ce qui vous fait vous sentir vivre ?

2 commentaires sur “Le deuil en question

  1. Laisser passer à travers mon corps et son esprit, laisser remonter, ne pas chercher à retenir mais observer ce qui se passe en moi, savoir que vont revenir les bons et les mauvais moments, ne refuser ni les uns ni les autres et accepter que les bons auront tendance à supplanter les mauvais, ne pas oublier les mauvais pour autant, prendre appui sur les belles choses et être reconnaissante pour ce que j’ai reçu …

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s