Ce que tu penses, tu le deviens

La semaine dernière, je me suis fait embarquer par une collègue dans un atelier un peu particulier. Depuis quelque temps, nos sujets de conversation avaient dépassé les problématiques de notre boulot et étaient devenus un peu plus personnels. On s’est retrouvé d’accord sur pas mal de points, notamment l’importance d’avoir plusieurs centres d’intérêts, et une partie de créativité pour obtenir un équilibre dans nos vies quotidiennes. Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier comme qui dirait ou tout simplement ne pas se focaliser uniquement sur notre travail, notre famille, notre relation ou encore nos amitiés afin de ne pas avoir trop d’attentes et ainsi limiter les déceptions.

set-3047723__340Alors elle m’a parlé d’un atelier qui m’aiderait à booster ma créativité. Voulant m’impliquer dans mon blog et toujours un peu curieuse et partante pour essayer de nouveaux concepts, j’y suis allée.

L’atelier rassemblait un petit groupe de femmes et uniquement des femmes. Cela m’a permis d’être très à l’aise rapidement. En effet, on dira ce que l’on voudra, mais je considère les rapports hommes/femmes toujours un peu dans la séduction ce qui nous amène pas forcément à être nous-mêmes et à nous limiter donc dans nos comportements. En revanche, n’être qu’avec des femmes, rassure, car nous avons souvent des réactions et des problématiques similaires, on se retrouve facilement les unes dans les autres.

L’atelier s’est déroulé sur deux heures où nous avons fait des exercices en tous genres dont un qui m’a marqué plus que d’autres, celui portant sur nos qualités et nos défauts.

Notre prof, notre coach, notre hôte, je ne sais pas trop comment la qualifier, nous a demandé tour à tour de dire une qualité personnelle. Toutes les habituées ont pu dire sans barrières, qu’elles étaient belles, intelligentes, gentilles, sexy et bien d’autres qualificatifs. Une confiance et un enthousiasme que j’avais rarement vu et entendu.

Quand mon tour est arrivé c’était le brouillard. Dans mon esprit, je n’avais rien en tête mind-544404_1280me qualifiant positivement. Mon tour n’est pas passé avant que je dise quelque chose, cela a bien duré une minute avant que je puisse sortir : « Je suis une personne directe». La coach m’a alors dit : « Ok, mais tu peux mieux faire». Ce qualificatif était une caractéristique que j’entendais souvent de la part de mes amis, de mes collègues ou encore ex-petits amis. Mais en y réfléchissant bien, c’est souvent quelque chose qui dérange, donc qui peut être perçu plus comme un défaut qu’une qualité.

Alors un deuxième tour est passé, et là je séchais vraiment pour me donner une deuxième qualité. Les autres m’ont alors sorti tous les qualificatifs possibles et j’ai finalement choisi que j’étais jolie. Mais d’une voix si peu convaincue, que l’on m’a demandé de le dire plus fort. Encore plus fort. Sincèrement, c’était perturbant.

En effet, sur quoi nous focalisons-nous tous les jours ? Nos qualités ou nos défauts ? Ceci n’est pas une question d’humilité ou de fierté mal placée, c’est au final une question de réalité. Si l’exercice avait été de dire tout haut nos défauts personnels j’en aurais sortie à la pelle : têtue, pas organisée, stressée, négative, jambes affreuses, une peau de merde, etc… Tout ce qui me dévalorise personnellement, mais que les autres ne voient pas forcément.

Alors une fois l’exercice terminé, la coach nous a demandé de nous concentrer sur une de nos qualités et nous poser la question du doute auquel nous faisons face à celle-ci. De réfléchir à « l’autorité » qui nous fait penser que nous n’avons pas cette qualité. Par exemple, si je doute d’être intelligente, qui dans mon passé m’a dit que j’étais stupide ? Mes parents, mes amis, mes profs, un ex ? Et croyez-le ou pas, cette introspection fait du bien comme du mal, mais permet de comprendre d’où viennent nos doutes sur nous-mêmes.

Ce que l’on se répète intérieurement tous les jours, sera le reflet de ce que nous sommes et surtout de ce que nous allons devenir. Si l’on arrive à se convaincre de posséder toutes les qualités que nous pensons avoir, notre vision de nous-mêmes changera et nous permettra de changer notre perception des événements, des gens et des choses autour de nous. Ce que nous croyons être nos limites, sont en fait des croyances et des habitudes que nous avons intégrées pendant de nombreuses années.think big

Faites l’exercice : pensez à une qualité que vous avez et dites-la à voix haute et avec conviction. C’est loin d’être facile. Ensuite, pensez pourquoi vous avez des doutes et d’où proviennent-ils. Les résultats pourront vous surprendre, mais c’est de là que viendra le changement.

On ne peut attendre ou vouloir que les personnes autour de nous changent. Le seul travail à faire est d’abord sur nous-mêmes et à partir de là, les choses que nous souhaitons au plus profond de nous se mettront naturellement en place. Là encore c’est un travail de tous les jours, mais tout est possible, il suffit juste d’y croire et de se donner les moyens.

3 commentaires sur “Ce que tu penses, tu le deviens

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s