Une histoire de langues

Qu’est-ce qu’une langue ? Parmi les multiples définitions trouvées sur internet, je vais en retenir deux, les principales :

  • Soit selon le Larousse une langue est un corps charnu, allongé, mobile, situé dans la cavité buccale et qui, chez l’homme, est un des organes principaux de la parole. Miam…
  • Ou bien encore, toujours selon le Larousse, une langue est un système de signes vocaux, éventuellement graphiques, propre à une communauté d’individus, qui l’utilisent pour s’exprimer et communiquer entre eux. Exemple : la langue française, anglaise. Ah, voilà !

Donc je pense que vous l’avez deviné, étant nulle en biologie et n’ayant pas d’histoires de premier baiser sous la main à vous raconter, cet article va prendre comme thème la deuxième définition : la langue comme moyen de communication.

Pourquoi notre planète regorge-t-elle de tant de langues et de dialectes ? N’aurait-il pas été plus simple pour nous, les humains, d’avoir une seule et même langue pour communiquer, afin de pouvoir se comprendre, et d’évoluer tous dans le même sens ? Cela aurait été trop simple…

La Tour de Babel

La Tour de Babel est un mythe biblique qui explique qu’à une certaine époque tous les hommes de la planète vivaient au même endroit et parlaient la même langue. Ils décidèrent, ensemble, de vouloir toucher le ciel. Pour se faire, ils construisirent une tour grâce à des briques, mais entre-temps, Dieu, voyant que ces hommes n’avaient aucunes babel towerlimites et une ambition plus que débordante (à prouver son existence?), décida alors de les punir en les répartissant sur l’ensemble du monde et en leur laissant le pouvoir de communiquer, certes, mais dans l’incapacité à se comprendre. Ainsi naquit l’ensemble de nos langues.

Si ce n’était pas un mythe mais la vérité, je dirais que Dieu s’est peut-être trompé à l’époque… Si sa punition avait pour but d’amoindrir les ego des hommes et leurs ambitions, finalement cela n’a fait que les exacerber.

D’autres hypothèses existent, bien sûr, mais personne ne s’est jamais vraiment mis d’accord sur leurs véracités.  Mais quand serait-il de notre monde si nous parlions tous la même langue ? Aurait-il la même diversité, la même richesse ou manquerait-il complètement d’intérêt ?

Les bienfaits des langues

Apprendre une langue, c’est ouvrir son esprit. Ouvrir l’esprit à quoi ? Eh bien, à l’autre, aux autres. Qu’il soit notre père, notre partenaire, notre patron, notre ami, notre voisin, parler une autre langue c’est essayer de comprendre l’autre, d’intégrer ses codes culturels et tout simplement pouvoir communiquer ensemble. Chaque langue s’est appropriée des mots correspondant à son mode de vie, sa culture, à ce qui nous diffère de l’autre. Par exemple pour décrire la neige en finnois, pays qui voit et vit la neige au quotidien au moins 4 mois par an, il y aura une dizaine de termes. Ce qui ne sera pas le cas pour une langue parlée dans le Sahel, qui ne voit pas la couleur de la neige de l’année. Mais avec les dérèglements climatiques, bientôt peut-être?

Ces différences peuvent générer des conflits ou des incompréhensions que cela soit à un haut niveau de l’Etat ou bien à moindre échelle, dans nos couples ou dans nos familles, car les champs lexicaux sont loin d’être similaires. Mais ce qui est bien, c’est que leshello-3791381_1280 langues s’apprennent et que l’on peut donc y remédier. Connaître plusieurs langues permet également d’amoindrir la peur de voyager et de communiquer avec d’autres personnes de d’autres cultures, ce qui est la parfaite activité pour intégrer les valeurs de respect, de tolérance et donc de paix.

L’exemple de la Suisse

Je vis en Suisse depuis quelques années maintenant et je me demande encore comment un pays peut-il être aussi prospère alors qu’il possède quatre langues officielles ? Alors que ses voisins… Le français, l’italien, l’allemand et le romanche cohabitent en paix. Et contrairement à certaines idées reçues, les Suisses ne parlent pas les quatre langues ! Dans les instances fédérales, chacun parle sa langue, si une question est posée en allemand, elle peut y être répondue en français… L’écrivain Peter Bischel décrit cette situation en écrivant : « Les Suisses ne se comprennent pas, c’est pour cela qu’ils s’entendent bien ! »…

suisse_sprachen

A croire juste que leurs valeurs communes sont plus fortes qu’une simple différence de langages : le travail, la rigueur… Et cette habitude de plusieurs siècles de vivre ensemble au moyen de toutes ces langues ont favorisé une attention obligée à l’autre, un apprivoisement de la différence et une ouverture constante à d’autres cultures… C’est donc possible !

Il est indéniable que la diversité est une richesse, à la condition de l’accepter et d’en être un peu curieux… Mais si on y regarde bien, chaque homme, chaque femme, chaque enfant, est doté du même outil de communication: la langue – le langage. Si nous avons cela en commun, nous ne pouvons qu’avoir des valeurs (et des peurs) communes, non ? Il suffirait que l’ensemble des Etats aillent dans ce sens et prennent les décisions nécessaires pour changer les systèmes éducatifs de leurs pays pour les futures générations… Pour obtenir plus de respect, plus de tolérance et plus de paix.

Cela ferait rêver, non ?

Source : Ouvrage d’André Crettenant « Suisse, l’invention d’une nation ».

 

Un commentaire sur “Une histoire de langues

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s