Toi et moi (3/3)

Chers lecteurs, Chères lectrices,

Suite et fin de ma nouvelle « Toi et moi » – en espérant que la fin vous plaira!

A la semaine prochaine pour un nouvel article. Très bon dimanche à toutes et tous !

******

De Maria Gonzalez, Day Inn Charleston, Caroline du Sud, Etats-Unis
Le 15 mai 2020

A Maria Gonzalez – Flores, Madrid, Espagne
Le 15 mai 2060

Chère moi,

Ai-je vraiment fait le bon choix ? M’as-tu vraiment fait faire le bon choix ? Voici trois jours que nous sommes coincés à Charleston à attendre qu’un cargo parte. Et je viens d’apprendre que la direction principale n’est plus l’Europe mais le Cap Vert ! Des îles en bordure d’Afrique de l’ouest.

Le temps passe et mon ventre grossit, bientôt je ne pourrais plus cacher que j’attends un enfant.

Tout cela me ramène à de mauvais souvenirs de l’époque où j’ai passé la frontière américaine.

L’attente, l’angoisse, les arnaques, mais surtout à l’époque c’était sur la Terre ferme, il n’était pas question d’Océan à traverser et de pays lointain dont je ne sais strictement rien à part toi qui m’a assuré certains détails. Dois-je te rappeler que nous ne savons pas nager ?

A quoi bon t’écrire, car de toutes manières je n’aurais pas de réponse.

Adieu,

Maria Gonzalez

*********

De Maria Gonzalez, île de Ténérife, Canaries
Le 15 juin 2020

A Maria Gonzalez – Flores, Madrid, Espagne
Le 15 juin 2060

Chère toi, Chère moi,

Je ne sais pas par quel miracle je suis arrivée dans ce paradis. Quelques heures après ma dernière lettre, Pedro est venu me réveiller en pleine nuit pour que nous puissions prendre un cargo qui partait de nuit. Nous avons laissé tous les autres et sommes partis comme des voleurs. Je me sens un peu coupable de les avoir laissés, mais bon c’était tous des hommes, donc je ne me fais trop de soucis pour eux, ils trouveront eux aussi un bateau bientôt.

Nous avons fait effectivement escale au Cap Vert mais après 3 jours dans le port de Praia, nous sommes repartis sur Ténérife, destination finale du cargo.

La traversée a été longue, j’ai été très malade, et je ne te cache pas que si Pédro n’avait pas été là, je me serais laisser mourir pour de bon. Nous avons très peu mangé, et j’ai perdu beaucoup de poids depuis que je suis partie de Montgomery….

Mais ça y est, j’y suis, et nous avons été accueillis par un ami de Pédro qui travaille dans un restaurant de l’île. Plus pour longtemps je pense car les touristes sont rentrés chez eux… Mais tout le monde parle espagnol et je me sens soulagée ou presque. La mer et le soleil me font du bien, mais je ne sais plus ce que je dois faire pour le bébé.

Dès notre arrivée ici, je suis allée dans un hôpital pour savoir si c’était encore possible, et à la sortie Pédro m’attendait. Il m’avait suivi. Il veut que je garde le bébé et promet d’être là avec moi pour l’élever. Je ne sais pas, il m’a aidé oui, il n’a pas essayé d’abuser de moi mais… Comment allons-nous faire sans revenus ? Que dois-je faire ? Qu’as-tu fait ?

Je vois enfin cette lueur au bout du tunnel, mais il me reste encore un choix à faire. Je sens cette vie grandir en moi, j’ai même déjà pensé à des prénoms. Si c’est un garçon Rafaël et si c’est une fille Eva. Mais à quoi bon donner la vie si je ne peux pas lui assurer un avenir ? Et si je ne suis pas sûre moi-même de ce qui va m’arriver ?

A bientôt j’espère,

Maria Gonzales

*********

De Rafaël Flores, BARCELONE, ESPAGNE
le 15 décembre 2061

A Maria Gonzalez, Ténérife, Canaries
le 15 décembre 2020

Maman,

Aujourd’hui c’est mon anniversaire et tu n’es plus là. Je voulais m’excuser de n’avoir pu me déplacer l’année passée pour que nous soyons ensemble mais surtout te remercier pour la vie que tu m’as donnée.

Tu m’avais raconté toujours rapidement ta traversée de l’Amérique vers l’Europe mais je ne m’étais jamais imaginé vraiment par quoi tu étais passée dans les détails jusqu’à ce que je découvre tes lettres, enfin, vos lettres à toutes les deux, quand je suis venu faire le tri de tes affaires après ton décès.

Cette époque et la vie que tu as eu me font froid dans le dos mais me procure encore plus d’admiration pour toi et « papa ». Je vous remercie donc toutes les deux pour les femmes et les mamans que vous avaient été et les valeurs que vous m’avez transmises. Vous avez fait le bon choix, vous avez toujours fait le bon choix peu importe la période de votre vie.

Ton fils qui t’aime tant,

Rafaël Flores

*********

THE END 🙂

4 commentaires sur “Toi et moi (3/3)

Répondre à germoraline Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s