Noël 2020

Comme certains d’entre vous le savent déjà, les fêtes de fin d’année sont loin d’être ma période préférée. Du moins, surtout Noël, Nouvel An passe quand même beaucoup mieux.

Je pourrais vous sortir les discours que j’entends tous les ans comme : « C’est surfait », « Cela coûte trop cher », « C’est moi qui me tape le menu cette année » ou bien encore « Je n’ai pas envie d’y aller pour voir telle ou telle personne », mais au final ce n’est pas le cas. La raison est simple : je n’ai plus de famille ou de belle-famille à rejoindre quelque part ou à inviter. Et puis même si j’ai des bouts de famille ici ou là (qui ne s’est d’ailleurs jamais préoccupée de ce que je faisais à cette période), je n’ai tout simplement pas envie de m’obliger à me prendre de nouveau une porte ou un mur en arrivant sur place ou encore être la spectatrice d’un isolement et d’une déchéance alcoolique établit depuis des décennies. J’ai essayé, croyez-moi, et cela m’a laissé un goût amer dans la bouche et des souvenirs dont je me serais bien passé.

Mais il y a maintenant 11 ans cette année, j’ai pris la décision que jamais plus je m’obligerais à vivre ces moments de torture de fin d’année et j’ai découvert un autre monde pour les fêtes.

J’ai eu droit à celui que l’on passe à 20 000 km de chez soi, au soleil et sur la plage par 35 degrés (Australie).

J’ai eu droit à celui passé dans la famille d’amis et gâtée comme jamais. J’avais été IN-VI-TEE à ma plus grande joie. Vous savez, ce verbe prend toute son importance à cette période. Car Noël est une fête où l’on ne peut pas S’INVITER, car c’est une fête de famille. Si vous ne faites pas partie de la famille, vous ne pouvez pas dire « Eh au fait, je peux venir ? ». Non, vous devez attendre qu’on vous invite. Tandis que pour le Nouvel An, ma foi, c’est différent. Je me suis incrustée à des soirées où je ne connaissais même pas le mec qui nous recevait et où je ne connaissais personne à part la copine qui m’avait emmené, et ceci sans aucune culpabilité !

J’ai aussi pris un avion en last-minute pour 3-4 jours, pour voir la mer, le soleil et j’y ai fait une superbe rencontre. Une japonaise, seule comme moi, avec qui j’ai passé le 24 au soir à manger, boire et raconter nos vies dans un bar à Barcelone après un spectacle de flamenco où nous nous étions retrouvées l’une à côté de l’autre, par hasard.

Puis il y a le Noël passé au travail, le plus récurrent d’ailleurs car je demandais à travailler justement afin que ceux qui avaient des familles à rejoindre puissent le faire. Celui-là pouvait être sympa car en général on buvait un coup avec les collègues ou on ramenait de quoi « manger Noël », ensemble.

Car au final c’est le « ensemble » qui importe. Cette année, c’est un peu spécial, et pour tout le monde. Noël prend une autre valeur pour tous de part les restrictions gouvernementales et le manque de mobilité. Nombreuses seront les personnes qui ne pourront pas assister à Noël de manière habituelle, et j’ai juste envie de leur dire : « Ce n’est pas grave, c’est exceptionnel, c’est Noël 2020 ».

Que pouvons-nous faire alors pendant ces quelques jours ? Et bien, personnellement, étant cette année en bonne santé, je ne compte pas me laisser abattre. Les différents paquets reçus de mes amis et des clients attendent patiemment que je les ouvre le 24 au soir sur ma table de salle à manger. Je vais sûrement m’acheter un morceau de foie gras, une bûche et une bouteille de Prosecco pour au moins marquer le coup et je vais acheter et m’acheter deux trois trucs mais différemment.

Oui, année exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Cette semaine j’ai reçu une lettre de la ville de Genève, comme tous les habitants du canton, m’informant de la mise en place d’un système de bons d’achat pour soutenir le commerce local sur www.geneveavenue.ch/bons . Si vous habitez les environs, je vous invite à utiliser ces bons, car si nous prenons des bons d’une valeur de CHF 20, CHF 50 ou CHF 100, cela nous reviendra respectivement à CHF 16, CHF 40 et CHF 80 et la différence sera versée aux commerçants par la ville de Genève. Cette démarche est possible jusqu’au 15 janvier 2021.

Ensuite, à défaut de pouvoir aider « physiquement » dans les organisations caritatives, car en période de fêtes, les gens se bousculent pour aider (contrairement au reste de l’année), cette année, pour la première fois j’ai décidé de donner de l’argent à défaut de mon temps, conditions sanitaires oblige. A qui ai-je donné ? Et bien, comme vous savez que je suis une fervente défenseuse de la condition de la femme et que la grande Simone de Beauvoir nous a demandé de ne pas oublier : « Qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis.», et que nous sommes en plein dedans, alors j’ai donné à des organisations soutenant la condition de la femme comme :

Alors bien sûr il y a toutes les grosses machines comme MSF, Les Restos du Cœur, UNICEF ou encore La Croix Rouge. Il y en a tellement que cela fait juste mal au cœur de voir comment ces associations ont autant besoin de dons privés au vu de l’incapacité gouvernementale de palier tous les problèmes que rencontre notre société. Et je ne pense pas à un gouvernement en particulier, ils sont tous à mettre dans le même panier.

Puis en ce temps de crise, prenons juste le temps de regarder VRAIMENT autour de nous. Que pouvons-nous faire pour aider ceux que nous côtoyons dans nos vies quotidiennes. Après tout c’est une valeur centrale de Noël alors pourquoi pas faire « plus » que d’habitude.  Par exemple, donner à ses voisins de la nourriture qu’on n’aura pas le temps de consommer, aider un ami à se mettre dans la recherche d’un nouveau travail, donner des habits à une amie qui ne nous vont plus ou encore soutenir une petite association comme Integraction dans ses projets, car une amie d’amie y travaille et que le projet vous parle.  

Il n’y a pas de petits gestes, surtout cette année, surtout en cette période.

J’écris, j’écris et cet article n’en finit pas ! Bref, vous avez compris, Noël 2020 sera différent, mais ce n’est pas pour autant que ce ne sera pas « Noël », car à Noël, tout est toujours possible.

En attendant qu’il arrive, je vous souhaite un agréable Noël 2020 et vous retrouve la semaine prochaine avec un nouvel article !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s