L’amour nous transforme

Cela fait des millénaires que l’on essaye d’expliquer cet état « d’amour ». Cela fait des millénaires que l’amour, le manque d’amour, le trop d’amour expliquent nos comportements d’hier et d’aujourd’hui. Et pourtant la seule chose constante et permanente dans nos vies est cet état-là. De la Préhistoire à l’ère de nos smartphones, nous sommes tous obsédés par cet état qui nous rend soit vulnérable, soit indestructible. Enfin, à quoi bon vouloir essayer de l’expliquer puisqu’il se ressent et que nous possédons tous notre propre définition de celui-ci. Mais il mérite quand même quelques lignes.

Il est l’origine de nos maux, de nos motivations, de nos espoirs, de notre bonheur. Il n’y a pas de mode d’emploi. Il arrive ou il n’arrive pas. Il est pluriel, de différentes intensités, de différents âges, de différentes longévités. Il est vivant, il est mort, il est intemporel. On en a besoin, il nous fait du bien mais il nous fait peur, parfois, enfin… souvent. Il peut être violent, passionnant ou encore foudroyant.

La seule chose sûre, c’est qu’il nous transforme.240_F_64530244_NekifCHfWoZofV4kpEF4axfRCMkqwFbA

Il nous fait lâcher prise sur ce que l’on est. Il change notre manière de regarder l’autre et les autres. Il nous fait prendre conscience de la beauté des choses, des autres, mais aussi de notre propre beauté.

Mais il a tendance à nous angoisser, car il est incontrôlable. Le contrôle nous rassure, mais nous limite. L’amour ne connaît pas le contrôle. D’ailleurs le contrôle ne permet pas de « transformer » des choses ou des situations, il permet juste de les « maîtriser ».

Si on permet qu’il se développe, il nous laisse devenir enfin la meilleure version de nous-même. Si l’on est assez ouvert, on commence alors à s’écouter soi, et ne plus écouter les autres. On commence à faire le tri, de notre intérieur, de nos relations, de nos valeurs. On décide alors ce qui importe, ce que l’on souhaite ressentir et ce que l’on souhaite bannir. On commence à ne plus forcément parler, mais à agir.

Il est de plusieurs formes et nous les vivons à différentes étapes de nos vies. Je pense à l’amour parental, l’amour amical, l’amour de l’autre et enfin l’amour de soi.

L’amour parental est la première expérience que l’on connaît. S’il n’a pas existé, on le découvre peut être plus tard, grâce à d’autres parents ou d’autres personnes. Il nous regarde grandir et surtout il est la source de ce que l’on va devenir.

heart-268151__340Celui qui arrive souvent après est l’amitié. L’amitié est un amour qui ne se pose pas de questions. Il va, il vient, il est naturel, mais avec le temps il se mérite et doit s’entretenir. Il nous guide, nous conseille, nous représente.

Pratiquant quotidiennement ces deux derniers, on se risque alors avec l’amour de l’autre, ou du moins « l’expérience » d’être avec quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui nous aime pas parce qu’il est du même sang que nous ou parce qu’on a joué ensemble dans la cours d’école. C’est celui que nous cherchons, que nous tentons, que nous expérimentons et que nous voulons aimer. Et c’est souvent à ce moment-là que nous commençons à fixer des limites. Aimer oui, mais à quel prix ?

« Quand on est aimé, on ne doute de rien. Quand on aime, on doute de tout »

Louis-Ferdinand Céline

Et à un moment donné, on arrive à l’amour de soi. Celui-ci arrive, à l’instar des autres, à n’importe quel moment de nos vies et il est le plus important. Car au final, c’est avec nous-même que nous passerons le reste de notre vie. C’est avec nous-même que nous prendrons des décisions et qui en assumerons les conséquences. Pas avec les autres.

L’amour nous accompagne donc toute notre vie, on ne l’explique pas, mais il est là. Je vois juste une tendance à l’oublier, à le freiner ou encore à le nier. Alors pourquoi ? Parce qu’on a eu mal ? Parce qu’on a peur ? Est-ce que ce sont des raisons valables ? Alors que l’amour est juste la plus belle chose qui puisse nous arriver, si seulement on ose se laisser aller, se laisser tenter.

Donc non ce n’est pas quelque chose de facile, non ce n’est pas que du bonheur à bouffer tous les jours, mais en ne lâchant rien, en étant honnête avec soi-même et avec l’autre, je nous assure qu’il nous apportera les plus belles transformations de nos vies.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà été transformé ?

love arbre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s