Désaimer: mode d’emploi?

Désaimer est par définition le verbe contraire d’aimer et donc représente l’action de ne plus aimer une personne, ne plus éprouver d’amour. Je n’ai presque jamais entendu ce mot, ce verbe, de la bouche de quelqu’un. On cesse d’aimer oui, mais on ne « désaime » pas. On ne pose d’ailleurs jamais les questions: « Tu le désaimes ou pas? », « Depuis quand tu le désaimes? »

Comment arrive-t-on à ce stade de ne plus aimer une personne ? Ou du moins de ne plus vouloir aimer cette personne. Car s’il y a bien une chose dont je suis sûre, c’est que l’amour représente le cœur, et qu’il ne peut être contrôlé. D’ailleurs la tête est souvent en compétition avec le coeur, elle essaye de prendre le dessus et le combat incessant entre les deux nous épuise plus souvent que nous apaise.

Décider de désaimer une personne c’est nous choisir nous au détriment de l’autre. Choisir notre bonheur à la souffrance que nous provoque l’autre. Choisir l’avenir aux bons souvenirs du passé. S’offrir de nouvelles possibilités, de nouvelles rencontres, s’ouvrir à de nouveaux horizons. Tout un programme !

L’amour est le sentiment le plus puissant que je connaisse, bien que je l’aie connu sur le tard. J’en ai d’ailleurs été effrayé pendant longtemps et repoussais la personne pour qui j’avais ce sentiment qui ne faisait que grandir avec le temps. Car, incontrôlable, lié à une autre personne, pour moi cette « dépendance » était égale à de la souffrance. Et j’ai souffert, beaucoup. Mais pourquoi ressentir cela ? Car tout simplement j’ai grandi dans un environnement où j’étais dépendante des personnes qui me faisaient souffrir jusqu’à ce que j’atteigne l’âge de la majorité qui était synonyme de liberté et d’indépendance. Je souhaitais être seule pour être tranquille, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Une relation peut être saine sans être dépendante et sans amener une éternelle souffrance. Et une vie seule et sans amour n’est tout simplement pas une vie.

La théorie veut que nous nous aimions pleinement avant d’aimer quelqu’un sainement. Mais ça c’est la théorie, car dans la vraie vie, cela ne se passe jamais comme dans les bouquins.

La vie est le reflet de ce que nous sommes, de ce que nous portons. Donc les personnes que nous attirons ou qui nous attirent reflètent une partie de nous-mêmes, de ce que nous croyons être, de ce qu’on nous a répétés étant enfant. L’amour s’apprend d’ailleurs enfant, avec nos parents. Et si ces derniers n’ont fait que nous maltraiter physiquement et/ou mentalement, à l’âge adulte nous arrivons un peu cassés, complètement perdus et nous attirons souvent des personnes qui sont dans le même cas que nous, qui sont au final que le reflet de nous-mêmes. Donc pour changer la donne, il faut se changer soi-même.

Si notre vie a été un combat, apprivoiser un sentiment aussi fort que l’amour sera un combat également. Et désaimer sera une plus grande bataille encore. « Car être quitté par la personne que l’on aime est l’une des pires souffrances, mais désaimer est tout aussi violent »,  et cela vaut pour tous les types d’amours : filial, amical, romantique, passionnel… Désaimer laisse un vide dans notre coeur que nous devons être prêt à combler.

On ne peut malheureusement pas se lever un matin et décider de ne plus aimer telle ou telle personne. Le processus demande du temps, de la rationalisation, du soutien de son entourage et d’actions qui vont dans ce sens. Le véritable amour ne se construit pas en un seul jour, alors il en est de même pour véritablement cesser d’aimer quelqu’un.

La première personne que j’ai eu à désaimer était mon père, puis est venue ma mère et enfin les quelques « amoureux » que j’ai pu avoir ces 15 dernières années. Outre le découpage de photos, le blocage de numéros et la mise à distance réelle de soi avec la personne, ce qui est le plus efficace est le passage du temps. Le temps guérit tout, ou du moins aide grandement à la cicatrisation. La personne qui occupait vos pensées nuits et jours, perd petit à petit de l’importance et de la place qu’elle avait dans votre esprit et votre cœur. La vie fait patiemment son travail et ce que vous lui demandez.

Désaimer son père et sa mère est-ce possible ? Oui. Et surtout pourquoi ? Tout simplement car la souffrance est telle que vous ne voulez plus faire partie de ce monde. Parents ou pas parents, quand on arrive à ce niveau-là, il faut tout simplement couper ces liens qui sont devenus trop destructeurs. Il n’y a pas de « famille » qui tienne, car il en va de votre propre survie, de votre propre bien-être.

Enfin j’aime à croire que désaimer n’est pas une fatalité, mais une nécessité dans des cas extrêmes. Les gens peuvent changer à conditions qu’ils le souhaitent vraiment, il n’est jamais trop tard.  Nous portons tous en nous quelque chose de bon, nous méritons tous d’être aimé par quelqu’un et surtout par nous-mêmes. L’amour n’est pas chose facile car nous avons tous été plus ou moins cabossés par la vie, par les gens. Mais une chose est sûre, une fois qu’il est en nous il nous permet de déplacer des montagnes et d’accomplir des miracles pour soi et pour les autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s